L' interview avec le journaliste Alain Ketterer

Chères et chers compatriotes,

Nous sommes plus de 100.000 Français nés ou ayant choisi de s’installer dans les quatre beaux pays de cette circonscription, l’Espagne, le Portugal, Monaco et Andorre.

C’est notre nationalité qui nous unit et nous distingue. Pour le reste, nos vies, nos choix, nos parcours, nos chances sont différents. Pour ma part, je suis né en Bretagne, en 1969. J’y ai fait ma scolarité jusqu’au bac, puis je suis parti étudier à Paris et aux Etats-Unis. En 1993, j’ai pu bénéficier d’un VSNE (coopération) qui m’a amené au Portugal. Je m’y suis marié, j’y travaille, j’y paie mes impôts. Beaucoup plus tard, en 2012, j’ai commencé à m’impliquer plus concrètement dans le fonctionnement de notre communauté, initiant un processus qui m’amène actuellement à présider le Conseil Consulaire.

Je suis investi par Les Républicains pour les prochaines élections législatives des 5 et le 19 juin 2022, pour notre circonscription. C’est un honneur, et une très grande responsabilité.

Depuis ma vie étudiante, je me sens concerné par la politique, et mes idées sont au centre-droit. Dans les bons et les mauvais jours, je suis resté fidèle à mes valeurs. J’aime la liberté, j’aime l’entreprise, je crois à l’Europe et ses valeurs judéo-chrétiennes. Je crois qu’on ne peut jamais réunir et apaiser à partir des extrêmes. Je me présente « pour agir, et vous défendre ».

Agir, pour qui et pour quoi ? Pour vous. Comme je le fais déjà au Portugal, depuis 2014, avec une persistance qui nous a permis d’être très largement réélus au Conseil Consulaire l’an dernier. Chaque mois, je diffuse une lettre d’information pratique. Chaque jour, je réponds à des dizaines de messages, je prends en main les situations concrètes, j’aide les associations. Quand il a fallu trouver des transports ou des hôtels pour nos compatriotes bloqués par la Covid, nous étions là. Quand il a fallu ferrailler contre les hausses des frais de scolarités scandaleuses à Lisbonne, c’est notre intervention qui a amené l’AEFE à modérer la trajectoire. Quand l’organisation montée par l’Ambassade pour le vote au 1er tour de l’élection présidentielle a montré ses limites, nous avons travaillé sur des propositions, et leur mise en application a permis de mieux recevoir nos compatriotes lors du 2nd tour. En agissant chaque jour pour mes compatriotes au Portugal, nous avons beaucoup oeuvré. Comme député, avec des moyens beaucoup plus importants, j’agirai plus efficacement, et pour vous tous, dans toute la circonscription.  

Vous défendre, mais contre qui ? Bien sûr, vous n’êtes pas assiégés ! Mais vous imposer de venir à Madrid, Barcelone ou Lisbonne, quand vous habitez loin, pour demander une pièce d’identité, c’est un abus. Les solutions techniques existent, elles sont disponibles, ce sont nos valises Consuleo. Il est inadmissible que 50 compatriotes se déplacent quand un agent venant trois jours dans l’une de nos villes pourrait les traiter localement, dans le même temps et au même coût. Tous les retraités qui ont vu leur retraite suspendue car il manquait sait-on quelle virgule sur leur certificat de vie auront compris que l’Administration doit absolument être réformée mais aussi obligée à donner « du service ». Comment peut-on admettre l’impossibilité de prendre rendez-vous pour renouveler un document d’identité, alors que l’Administration précise que les rendez-vous sont donnés dans un délai moyen 18 jours ? Et comment peut-on avoir été députée plus de 4 ans, être spécialiste de l’enseignement à l’étranger pour la majorité présidentielle, et avoir admis que tant de familles ne trouvent pas de place dans nos écoles françaises ? Ou comment admettre que titulaires d’un permis de conduire parfaitement valable, nous soyons pourtant obligés de l’échanger sans qu’une négociation réciproque ait été menée avec nos hôtes une bonne fois pour tous ? Il ne s’agit là que de quelques exemples, le chantier qui attend votre député est bien plus vaste. 

Un député propose, écrit et fait voter les lois qui nous concernent tous. Votre élu peut choisir de batailler pour vos droits, résoudre vos problèmes, ou préférer parader en portant des thèmes nationaux qui n’ont rien à voir avec vos priorités. Enfant, j’ai connu les députés amis de mon grand-père, qui « montaient à Paris » avec leurs dossiers sous le bras. Les deux députés que vous avez élus précédemment ne s’y sont pas beaucoup attelés. Aucun n’a d’ailleurs pris le risque de se représenter à vous. Pour proposer une loi efficace, pour vous, encore faut-il connaître vos réalités. Certains de mes concurrents ont déjà été Conseillers des Français de l’Étranger, ou responsables d’associations, et connaissent donc vos problèmes et la façon dont l’administration fonctionne. Ceux qui n’ont jamais été confrontés à vos problèmes ne sont pas aptes à vous représenter.

Avant de m’élire, je vous demande de me soutenir. Le député sortant a tout un dispositif en place, et des moyens incomparables. Mon équipe est fidèle et efficace, mais extrêmement courte. Je prends trois semaines de vacances pour faire campagne. J’investis mes propres deniers avec le risque que cela comporte. Je n’ai aucune agence de com’ pour m’aider. Tous ceux qui me connaissent savent ma capacité de travail, mon sens du service, ma fidélité. Dans chacune des villes où je viendrai à votre rencontre, j’espère votre présence et le plaisir d’échanger. Signalez-moi s’il vous plait votre disponibilité à organiser une rencontre.

Nous partageons la particularité d’être Français, dans ces quatre beaux pays. Nous aimons la France et nous voulons être fiers d’être français. Nous voulons transmettre notre fierté et nos valeurs à nos enfants, à nos petits-enfants. Cela exige un plus grand accès à l’éducation, et une politique culturelle dans laquelle nous soyons beaucoup mieux intégrés. La majorité macroniste a fermé des centres culturels et entretenu un entre-soi inadmissible.  Nous ne voulons pas payer pour des services qui ne nous sont pas rendus, alors que la majorité sortante a augmenté nos impôts en réduisant la qualité de nos services, et augmenté considérablement la dette de notre pays avec le « quoi qu’il en coûte ». Nous voulons pouvoir entreprendre, vivre et investir en France et dans nos pays de résidence, sans faire face à un casse-tête administratif insensé. Nous voulons prendre soin de notre société et de notre environnement, alors que les extrêmes sont à nos portes et s’opposent aux choix nécessaires. 

Vous pouvez compter sur ma fidélité à notre communauté et à mes valeurs. Si je suis élu, je m’engage à venir le plus régulièrement possible à votre rencontre, dans les principales villes de notre circonscription, et pas seulement dans les derniers mois de mon mandat. Je viendrai vous écouter, soutenir vos entreprises et vos associations, vérifier la qualité du service qui vous est rendu, et vous rendre compte. A l’Assemblée, ma priorité sera d’agir et vous défendre, en vrai député de terrain. Mes compétences d’entrepreneur, responsable de négociations commerciales depuis près de 30 ans, sont nécessaires pour aboutir, écrire les bonnes lois et les faire voter. Avec le soutien de Christophe Frassa, Président de mon comité de Soutien, Sénateur des Français de l’Étranger, et de tous les Sénateurs des Républicains au Sénat, où nous avons la majorité, j’assurerai une navette constructive et la recherche de solutions justes et efficaces. 

Vous pouvez compter sur mon engagement. Je compte sur votre soutien !

Bien à vous,

Laurent Goater 

Candidat de la droite et du centre aux élections législatives de la 5ème circonscription des Français de l’Étranger 

(Espagne - Portugal - Monaco - Andorre) le 5 et le 19 juin. 

Le vote électronique sera possible.

+351 932 67 2222 | www.goater2022.org

You_Doodle_2022-04-20T12_00_32Z.jpg